Assemblée générale du 9 mars 2018

Classé dans : Comptes rendus des AG | 0
11 Pouvoirs
35 (adhérents) Présents
46 Présents ou représentés
103 Adhérents
Le quorum étant fixé à 25% d’adhérents, il est acquis.Ce qui a été voté :

  1. Rapport financier : Voté unanimité
  2. Rapport moral : Voté unanimité
  3. Centre de ressources : Voté unanimité
  4. Composition du CA : Voté unanimité

Tout d’abord, nous voulons remercier la mairie d’Aubenas de mettre gracieusement à notre disposition la salle de l’ancienne bibliothèque pour l’AG .

Rapport financier : Eduard Juanola – trésorier, Stefanie Wesle – vice-trésorier

Le rapport financier reflète l’état dans lequel nous vivons les chiffres au cours de l’année.
Outre le fait que nous établissons un budget pour chaque action d’envergure, pour toute dépense engagée, nous planifions la date probable de la recette qui en assurera le règlement. En cas de défaut de la recette prévue, Trajectoires s’assure d’avoir les fonds pour effectuer les paiements. Le niveau de notre trésorerie est scruté semaine après semaine.
En 2017, stabilité retrouvée et confiance en l’avenir ont permis à Trajectoires de réaliser 2 expositions : Une à la demande de la Communauté de Communes du Val de ligne « Ligne d’Arts » à Largentière en avril, et l’autre à la demande du PNR l’Échappée dans « Le partage des eaux » à Aubenas sur 7 semaines en juillet-août travaillé en partenariat avec la ville d’Aubenas. Dépenses et recettes ont collé sans dérapage aux budgets prévus pour ces deux événements.
Le compte de résultat résume les opérations engagées du 1er janvier au 31 décembre 2017, nous avons eu 27 791 euros de recettes pour 26 267 euros de dépenses, soit un résultat bénéficiaire de
1 523 euros. Ce résultat est venu abonder le niveau du solde bancaire.
Nos recettes, c’est 58% de prestations assurées par les membres de Trajectoires, 27% de subventions et 15% d’adhésions, de mécénat et de partenariat. Nos dépenses, c’est 82% pour les expositions, 15% de frais de fonctionnement et 3% d’achat de prestation.
Pour l’Échappée de l’été dernier, nous avons constaté un bénévolat très important, 2076 heures pour les démarches, la préparation et l’expo elle-même. Ce qui nous a amené à le valoriser. Le compte de résultat 2017 est donc complété par une évaluation des contributions volontaires en nature de 23 098 euros. Cette évaluation réalisée pour la première fois ne se veut pas exhaustive mais reflète la masse d’heures de bénévolat engagé pour cette expo.
Le bilan au 31/12/2017 présente à l’actif un solde bancaire de 7799 euros et une subvention de la région de 4 000 euros accordée en 2017. Cette subvention nous a été versée en février 2018. En cours d’année 2017, on a constaté un minima du solde bancaire à 3 000 euros. La trésorerie reconstituée ces 3 dernières années est nécessaire pour que nos actions soient pérennes. En effet, nous devons engager et payer nos factures fournisseurs avant de recevoir le 1er euro de nos clients et subventionneurs.
Pour mémoire, en 2017, nous avons réuni 92 adhérents PMA et 11 adhérents de soutien.
Pour 2018, nous jouons la stabilité. Nous avons budgété les événements Ligne d’Arts en avril et Vogué en novembre pour un total de 21 000 euros. Les demandes de financement privées et publiques sont d’ores et déjà amorcées. Les adhésions 2018 sont ouvertes, n’hésitez pas à adhérer soit en tant que Professionnel des métiers d’art, soit en tant que membre soutien.

Rapport moral :
1-Sona Karadélian Vie associative 2017
  • Évolution du nombre d’adhérents

Au moment de la dernière AG (en comptant les adhérents 2016 et les nouveaux de janvier), nous étions 106 adhérents.
Le chiffre au 31 décembre 2017 est de 103 (92 adhérents bénéficiaires et 11 de soutien)

  • Vie de l’association

Lors de l’AG extraordinaire de 2015 , nous avions décidés de mettre en place une organisation démocratique et transparente.
C’est ce que nous essayons de faire en communiquant le mieux possible avec les adhérents.
Les comtes-rendu de tous nos CA et les bilans de nos manifestations (Caverne des métiers d’art, Ligne d’arts) ont été communiqués à l’ensemble de nos adhérents.
A la fin de la Caverne, nous avons consulté les exposants et nous avons reçu plus de 40 réponses.
L’investissement personnel important de quasiment tous les participants dans le montage de la caverne, même ceux qui habitaient loin, montre que les associations où les adhérents prennent sa possession fonctionnent bien.
En tout état de cause, le travail de fond commence, il y a énormément de choses à faire pour renforcer nos ateliers et plus il y aura de gens motivés au CA, plus on pourra faire de choses.
Sur le bénévolat, on a pu voir certains d’entre nous un peu débordés de travail pendant la caverne… mais il ne faut pas que ça effraie les autres. C’était particulier, on voulait vraiment réussir pour avoir la crédibilité permettant d’entamer le travail de fond. Ça ne se renouvellera pas tous les ans.

  • Ligne d’art :

Une semaine de mise en place pour 10 d’entre nous et la participation de tous les exposants, ce à titre non rémunéré, ont permis avec un budget serré de 5 500 euros de mener à bien 3 jours d’expo sur 2 lieux au lieu de 2 jours sur 1 lieu les années précédentes. 1800 à 2000 visiteurs.
Chiffres : 36 exposants ont réalisé sur l’expo un chiffre d’affaires global de 12000 euros

  • Caverne des métiers d’art :

boutique éphémère au Dôme saint Benoit à Aubenas du 10 juillet au 18 aout 2017
6749 visiteurs sans enfants, 128 objets vendus, 13460 € Chiffre affaire, 30 PMA vendeurs sur 58 exposants, 2500 à 3000 heures d’investissement bénévole estimé

  • Évolution du site

Pages vues :18 732, Visiteurs : 3340, Visites : 4 684, Temps moyens passé sur une page : 1mn 00s, Durée moyenne des sessions : 2min 59 sec
Les visites sur le site sont en constante augmentation. Tous les adhérents bénéficiaires ont leur propre page.

  • Les partenariats

Nos partenariats ont été renouvelés, voir renforcés avec les institutions. C’est vrai pour :
• La communauté de communes de Val de Ligne pour l’organisation de la Ligne d’arts
• Le PNR avec la Ligne de partage des eaux pour l’organisation de la Caverne des métiers d’art.
• La commune d’Aubenas avec la Caverne des métiers d’art
• La région, avec qui nous avons un dialogue franc, direct et très constructif et nous soutient dans nos manifestations.
• Le département qui accompagne notre association depuis sa création.

Comme décidé lors de notre dernière AG, nous nous engageons dans des partenariats plus importants avec les autres associations.
• La biennale de Vogüé sera construite en coresponsabilité avec l’association Vivante Ardèche. Nous allons mettre en place une convention de parité pour l’organisation de l’événement.
• Nous proposons d’organiser une fête des métiers d’art en 2019 en collaboration avec l’association du Scarabée pour mutualiser nos moyens mais aussi pour créer un événement dans un esprit festif qui rassemble le plus grand nombre de PMA de l’Ardèche.
• Depuis 5 ans Trajectoires est membre d’AAF. Cette année nous renforçons notre partenariat : de l’adhésion simple nous proposons de devenir membre actif de notre chambre syndicale.
• Lors de notre dernier AG nous avons lancé l’idée que des collectifs de professionnels prennent en charge l’organisation d’un projet donné. Cette année, les verriers ont carte blanche pour l’organisation d’une expo à Ligne d’Arts. Pour 2019 nous pourrions prendre d’autres initiatives, par exemple investir la salle des fêtes et la dédier entièrement aux peintres.

  • Les projets

Les projets en cours sont – Lignes d’Arts 2018, Biennale Vogüé 2018
Projets en débats – Fête des métiers d’art 2019, Espace artisanat d’art d’Ardèche

2- Annie Mayan Ligne d’arts 2018

C’est en 2013 que tout a commencé.
La communauté de communes du Val de Ligne cherchait un moyen pour promouvoir l’ouverture de la saison touristique 2014 et mettre en avant les amateurs, les artistes, les artisans d’art du Val de Ligne et, à l’époque, du Vinobre.
Quelques-uns d’entre nous ont relevé le défi en suggérant, au sein de ce festival, une expo des professionnels des métiers d’art. Nous avons alors constitué un collectif et proposé d’utiliser le Tribunal comme lieu d’expo.
Le projet prenant corps, nous avons fait intervenir Trajectoires en tant que prestataire auprès de la Communauté de Communes du Val de Ligne pour que le collectif puisse réaliser la scénographie de cette 1ère exposition de PMA à Largentière.
2018, c’est la 5ème édition de cette manifestation.
Les préparatifs vont bon train pour cette exposition de professionnels.
Le lieu, toujours les salles de l’ancien tribunal de Largentière.
Les dates, le week-end des 14 et 15 avril.
Les exposants, ce sont tout d’abord les PMA du Val de Ligne.
Les bénévoles de l’association, qui participent activement à toutes les organisations des évènements et à la vie de Trajectoires, sont présents à Ligne d’arts. Cela ne compense pas les heures de bénévolat, mais nous considérons que c’est une participation bien méritée.
Chaque année, le collectif cherche à amener des nouveautés, à ouvrir cet événement à un plus grand nombre de PMA. En effet, le public est attentif à la variété sans cesse renouvelée des oeuvres exposées.
L’an passé, le textile était à l’honneur.
Cette année, nous avons donné carte blanche aux verriers d’Ardèche. Huit d’entre eux vont faire découvrir leurs univers : vitraux, verre soufflé, grisaille, etc.
Comme à l’habitude, les jeunes installations sont invitées. Nous aurons Aline – Vannière à Prunet, et Victorien – sculpteur à Saint André Lachamp.
En bref, nous serons 25.
Nous réfléchissons déjà à 2019. Peut-être, une carte blanche aux peintres dans la salle des fêtes jouxtant le Tribunal. D’ici là, nous aurons l’occasion de vous consulter et de décider.

3- Denis Cunin : Actions en cours :
  • Préparation 3eme biennale de Vogüé

Notre 3ème biennale des Métiers d’art au Château de Vogüé en partenariat avec l’association Vivante Ardèche est prévue du 16 AU 25 NOVEMBRE 2018.
vendredi 16 , samedi 17, dimanche 18 et lundi 19 novembre
jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 Inauguration le jeudi 15 a 18h30
Notre objectif est d’instaurer un événement de qualité autour des métiers d’art qui dépasse la simple exposition d’œuvres mais montre l’excellence et le savoir-faire des créateurs de la région. Ce projet s’inscrit dans la nouvelle dynamique du département et de la région.

Cadre général de la biennale
L’association est née d’un constat : avec environ 400 pma, l’Ardèche était un des territoires les plus riches en professionnels et en même temps, ceux-ci étaient très peu visibles
L’association s’est donc construite autour de cet objectif : fédérer les professionnels afin qu’ils soient collectivement visibles sur le territoire, y montrent leur savoir-faire en organisant des expositions de qualité et en y ouvrant leurs ateliers.
12 ans après, l’association est toujours là, avec un nombre toujours plus grand d’adhérents (105 à ce jour) et avec toujours le même objectif, qui correspond donc bien à une réelle volonté de développement. Et cela demande chaque année de poursuivre, de renouveler, de monter de nouvelles actions permettant de rendre les professionnels toujours mieux visibles.
La vie actuelle des métiers d’art en Ardèche est aujourd’hui relativement assez riche mais peut et doit encore s’intensifier : avec le développement d’un tourisme culturel reparti sur l’année initié par la Caverne du Pont d’Arc, les Métiers d’Art doivent pouvoir bénéficier d’un public plus important et en même temps, ont une place de plus en plus importante à tenir dans l’offre culturelle et économique locale.

Spécificité de la biennale
par rapport aux autres manifestations métiers d’art du département.
Au delà de toutes les actions métiers d’art sur le département, il est indispensable qu’il y ait aussi un événement qui puisse véritablement jouer le rôle de salon professionnel, une exposition de prestige et d’excellence qui présente régulièrement les pièces uniques les plus ambitieuses, les plus abouties techniquement et les plus novatrices. Il est indispensable que nous ayons un salon capable de rayonner au delà de la région, capable de faire venir des galeristes, des professionnels, de créer, sur notre territoire même, des opportunités de ventes importantes et de collaborations.
Un soin particulier sera donc apporté à la communication auprès des galeristes et dans les magazines d’art nationaux.
La Biennale, initiée en 2014, a été possible grâce au Partenariat avec Vivante Ardèche, l’Association qui gère le Château de Vogüe, qui a apporté son expertise, son important renom comme organisateur d’exposition, et a fourni un lieu à la hauteur de l’enjeu.
Les deux premières éditions de la Biennale ont été des succès incontestables, unanimement salués. Elles ont permis au salon de se faire connaître, de faire parler de lui, et cette troisième édition devrait permettre de commencer à tirer pleinement profit de tout le travail et de tout l’investissement antérieur. Nous sommes convaincus que la biennale a vocation, si on continue à lui en fournir les moyens, à devenir un événement métiers d’art qui compte au niveau national.

Caractéristiques de la biennale 2018

Focus sur les métiers d’art liés à la musique : ces métiers sont reconnus pour leur haute technicité et symbole d’un patrimoine de savoir-faire à conserver.
Invité d’honneur : cette année, la biennale mettra en avant un invité Antoine Brodin, lauréat Prix de l’Œuvre 2017 d’Atelier Art de France, avec son projet d’œuvre monumentale : Migration, une installation sous forme de barque-squelette en verre, un joyau ciselé de plus de 4 mètres de long.
Formé au Canada à Montréal d’abord par des cours de fin de semaine puis à Nancy, en formation longue de Compagnon au CERFAV, à Venise, il est confronté à cette tradition séculaire. A Tokyo il apprend la noblesse du geste, puis pose ses valises à Paris. Le soutien de Jérémy Wintrebert qu’il assistera pendant quatre ans et sa rencontre avec Philip Baldwin et Monicca Guggisberg lui ouvriront des perspectives tant sur le plan Européen que personnel.
En juillet 2013 il est appelé́ pour gérer et animer l’atelier de verre de La Compagnie des Verriers situé à Vannes-le-Châtel, près de Nancy.
Il est aujourd’hui installé dans son propre atelier en Ardèche avec sa compagne où il continue d’interroger nos «Tensions de mémoire ».

Organisation projetée
Environ 30 professionnels seront sélectionnés pour cette exposition.
Seuls les métiers d’art de la liste publiée au Journal Officiel du 31 janvier 2016 seront représentés.
Sélection : il est prévu de monter un comité de sélection avec Vivantes Ardèche et Ateliers d’Art de France. Comme en 2016, Trajectoires ne sera pas majoritaire dans celui-ci.
Le budget de 2016 était parfaitement calibré par rapport à la taille de l’événement (environ 15000 euros consacrés pour l’essentiel à la communication), nous repartons donc sur cette base-là pour 2018.

Partenaires envisagés
Association Vivante Ardèche, Mairie de Vogüé, Communauté de communes des Gorges de l’Ardèche, Conseil départemental, Région, Ateliers d’Art de France

  • Actions en cours : préparation fête des métiers d’art 2019 Thuyets

Cadre général :
Manifestation chère à Trajectoires, La fête des Métiers d’Art permet de rassembler l’ensemble des pma dans une ambiance festive, de souder les liens entre collègues, de développer une plus grande proximité avec notre public, de montrer une image chaleureuse et vivante de nos métiers.
Les éditions 2015 et 2016, à Vals les Bains, s’étaient bien passées avec une ambiance très conviviale et de très nombreuses démonstrations qui avaient permis d’établir avec le public un rapport très différent, beaucoup plus proche, de ce qu’on peut habituellement observer sur les marchés de créateurs.
Faute de temps, les éditions 2017 et 2018 ont du être abandonnées mais nous projetons de reprendre en 2019 (et peut-être, de faire en alternance, une année biennale, une année “fête des métiers d’art”.

Organisation projetée
Nous devons organiser cette édition 2019 en partenariat avec l’association Scarabée de Thuyets (organisateur de Blou Art).
Les deux associations s’entraident déjà régulièrement. Monter un projet ensemble permettra de resserrer encore nos liens (sans compter que nous avons toujours plaisir à travailler les uns avec les autres).
L’événement est prévu dans le parc du château de Blou, sur deux jours, lors d’un week-end prolongé de Mai.

3- Daniel Pelegrin

Un lieu pérenne des métiers d’art pour construire notre marché de l’objet d’art

Nos dernières manifestations démontrent que les métiers d’art savent se prendre en charge en s’investissant dans une démarche associative. De part son expérience et ses compétences, Trajectoires est aujourd’hui légitime pour porter un projet collectif nouveau en tant qu’acteur du développement économique et culturel.
Notre dernière expérience, la caverne des MA à Aubenas, a mis en évidence la création d’un lieu pérenne tant pour les PMA, les commerçants locaux ainsi que pour le public.
Ce projet fait aussi écho à l’appel de plus en plus de collectivités locales qui pointent la nécessité d’investissement dans une économie artisanale locale.
Suite au débriefing de la caverne, 15 adhérents de Trajectoires se sont retrouvés pour lancer les premiers jalons de ce projet. Nous vous avons mis à l’entrée le CR de cette réunion fait par Arnaud.
Si notre assemblée générale le décide, nous continuerons le travail avec tous les PMA qui le souhaitent pour élaborer et finaliser ce lieu.
L’idée étant de construire un projet dans un lieu qui nous rassemble et nous ressemble, un lieu qui porte notre réalité : de la pièce unique, le sur mesure, la petite série, la restauration, la préservation et la construction du patrimoine et l’entreprise manufacturière.
Un lieu où cohabite la vente de petites productions à la pièce unique pour être accessible à tous les publics.
Un lieu qui réhabilite la réflexion sur l’objet d’art, donne des repères pour une réelle compréhension de nos métiers.
Un lieu où le public peut entrer en communication avec chacun en favorisant les retours sur atelier.
Un lieu qui favorise les expositions, les conférences, les démonstrations…
La caverne Pont d’arc, ouvre une situation propice aux PMA, nous incarnons à la fois le passé et l’innovation, nos 400 ateliers sont positionnés sur ce double dynamisme : développement économique et développement culturel.
La Caverne Pont d’arc, en vitesse de croisière, c’est 400 000 visiteur/an avec 75 % de visiteurs français et 10% de scolaires dont 50% hors saison où une majorité d’infrastructure touristique dans les villages ardéchois sont fermées voir même pour certains villages c’est le désert.
La majorité de nos 400 ateliers sont ouverts à l’année. Nous pouvons donc séduire un public nouveau y compris ardéchois.
Un tel projet est crédible s’il répond aux besoins des PMA 07 et ainsi crée une dynamique de nos adhérents pour participer à sa construction.
Ce projet n’est pas à prendre ou à laisser, ce n’est pas tout ou rien, nous souhaitons qu’il rencontre et s’intègre dans les choix des collectivités locales et territoriales qui veulent dynamiser leur territoire avec l’artisanat d’art.
Certes ces projets sont coûteux mais dépendent de choix politique. Il existe des investissements coûteux mais utiles. Pour n’en citer que quelques uns cités par la presse : La ligne de partage des eaux (1.2 millions d’euros, le pôle innovation de Chandolas ( 1.3 millions de programmé), Aubenas le pôle métiers d’art dans ce lieu ( 3.3 millions de programmé) et celui de Saint Martin de Valamas avec l’espace muséal et une pépinière des métiers de la bijouterie ( 1 million d’euros). Pour ce dernier projet, effectivement coûteux, les décideurs de la comcom ont fait le choix d’oser et d’assumer. Jacques Chabal, le président, déclare « le tourisme c’est du développement économique … » et la vice présidente rajoute « c’est une occasion de créer de l’emploi, du dynamisme sur un territoire qui bouge et avance uni »
Par moment, fait d’annonce ou pas, la volonté politique conduit à des rajouts de ligne budgétaire. C’est vrai pour la région qui a annoncé fin 2016 un million d’euro sur 3 ans pour les 12 départements avec les axes prioritaires l’investissement, la formation et la lisibilité des métiers dans les hauts lieux culturels. C’est vrai aussi pour l’état qui a retenu un seul projet et c’est celui de l’Ardèche en faveur de la jeunesse d’un montant de 12 millions d’euros – le département de l’Ardèche c’est un habitant sur trois qui a plus de 60 ans – De plus une étude de AAF indique que plus de 70% de nos ateliers ont moins de 45 ans et plus de 50% avec des diplômes supérieur au baccalauréat. L’installation de jeunes ateliers en Ardèche rentre dans cette dynamique.
De plus, le programme Leader 2014 / 2020 pour l’Ardèche, c’est 5.3 millions d’euros de financement européen.
Sans parler de la cagnotte des 3 députés ardéchois représentent 380 000 euros par an pour les communes et les associations… Après c’est une question de choix dans la nécessité de développer le territoire.
Notre projet de lieu pérenne des MA s’inscrivant dans toutes ces démarches des différentes institutions est un investissement collectif pour la réussite individuelle.
Ce projet est à débattre, à construire, à porter sans à priori et à expérimenter pourquoi pas sur une période de 3 ans en se fixant des objectifs :
– Intérêt pour les ateliers existants
– Création de 10 % d’ateliers …
Tout est à construire alors que beaucoup se discutent actuellement, il faut que les synergies se rencontrent et nous Trajectoires allions à leur rencontre. Il faut que le débat commence….
Et après nous vous proposerons de vous prononcer par un vote.

4- VOTE DU NOUVEAU CA ELUS A L’UNANIMITE

Didier Campait, Denis Cunin, Eduard Juanola, Sona Karadelian, Amélie Lecarpentier, Gwladys Lopez, Arnaud Lucotte, Mayan Annie, Fred Mazon, Christiane Nicolas, Daniel PELEGRIN, Laure Rondeau, Stéphane V., Stéphanie Wesle.

Le CA nouvellement élu a la responsabilité de mettre en place la collégiale.

   

Télécharger (PDF, 479KB)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.